accueil | login | contact
Modules
· Accueil
· Archives
· Articles
· Membre
· Rechercher
· Sondages
· Sujets
· Top 10

A la mémoire de ...

Aaron Ben Attar
Sarah Cario Ben Attar
Mathilde Ben Attar
Yvette Ben Attar
Lazare Cario
Belline Cario
Maurice Ben Attar

Morts à Auschwitz



AUSCHWITZ
Vous êtes ici/HISTOIRES(S)/Georges Ben Attar/AUSCHWITZ/Page: 1/5



J'ARRIVE A AUSCHWITZ
(Pologne), près de Monowitz. Dans le camp, nous sommes sous le commandement de déportés de droit commun allemands. Tous les déportés portent un costume rayé, un écusson avec un triangle de différentes couleurs et, à l'intérieur, la lettre du pays d'origine. L'on compte, à peu près, 30 SS par camp. Toutes les fonctions sont hiérarchisées et organisées comme suit : chef de camp, chef de kommando, chef de chambre, chef de block, le kapo. Les SS n'avaient de rapport qu'avec les chefs de kommando et les chefs de block.

A Auschwitz 1, grand camp, mon block est en brique, assez spacieux, eau courante, salle avec lavabo. «Ein lots, tein todt» (un pou, ta mort), telle était la devise à l'entrée du block. L'hygiène dépendait de nous. Il fallait se débrouiller pour avoir du savon et surtout avoir le crâne propre. Si les SS apercevaient une trace de crasse, ils nous rouaient de coups et parfois même nous battaient à mort.

Avec les hommes du kommando affectés au tri des effets des déportés, nous faisions des échanges. J'ai eu l'occasion de me rendre dans ces grands bâtiments nommés Kanada. Contre le mur, j'ai vu des montagnes de lunettes, de prothèses, de chaussures. C'est là, qu'un jour, j'ai pris une paire de chaussures en chevreau. En fait, s'entassait là tout ce qu'apportaient avec eux les déportés et tout ce que les SS récupéraient sur les corps des hommes, femmes, enfants assassinés : les cheveux, les dents, etc.

Les détenus de ce kommando, qui s'appelaient également « Kanada », rentraient tous les soirs au camp après une fouille minutieuse. Mais parfois certains d'entre eux arrivaient à rapporter quelque chose : une chemise, un pull over, une paire de chaussures ou une cuillère, une fourchette, une montre, etc.
C'est ce que l'on nommait l'organisation.




Page Suivante (2/5) Page Suivante


Content ©
Accueil | Ajouter un article | Histoire(s) | Rechercher | Liens Web


Tranche de Survie © 2005 AMBA & Helene Ben Attar Fernandez. Tous droits réservés.

Tous les logos et marques sur ce site appartiennent à leurs propriétaires respectifs.PHP-Nuke Copyright © 2005 by Francisco Burzi. PhpNuke est un logiciel libre distribué sous licence GPL.